Dérèglement climatique et atténuation des risques pour les collections d'œuvres d'art

Les événements climatiques récents ont prouvé sans conteste que l'intensité des phénomènes naturels tels que les précipitations, les tempêtes et la grêle peut provoquer des accumulations d'eau, créant ainsi des inondations destructrices. Par ailleurs, des rafales de vent ou des tornades peuvent facilement découvrir les toitures, briser les lucarnes et les fenêtres, déraciner les arbres et endommager les habitations voisines.

Le bouleversement du cycle de l'eau et des températures ainsi que la fréquence des événements extrêmes tels que les inondations et les sécheresses auront un impact de plus en plus important sur notre patrimoine. Pour relever les défis à venir, il est nécessaire d'adopter des stratégies de prévention et de sécurité, en commençant par l'identification des scénarios de risque.

Essayons de comprendre comment un collectionneur peut mettre en œuvre un plan d'évaluation des risques, d'atténuation des risques et d'établissement de priorités dans le cadre de sa collection.

 

IDENTIFICATION DES RISQUES

Les conditions géographiques, topographiques et climatiques sont décisives pour déterminer le degré de vulnérabilité d'un lieu, c'est pourquoi il est toujours conseillé de bien connaître le site où l'on habite. Il convient de vérifier le danger hydrogéologique local de référence et le rythme de récurrence des catastrophes naturelles sur les cartes de risques. L'assureur peut être un excellent interlocuteur dans ce cas. Une fois les risques environnementaux et naturels d'une zone géographique donnée, même historique, identifiés, il conviendra d'évaluer leur lien en termes de probabilité et d'impact de l'événement sur la localisation du risque (bâtiment) ainsi que sur les éléments qu'il contient : identification des lieux d'accumulation d'eau tels que les sous-sols, les rampes inclinées, ou les toits-terrasse, les terrasses solaires, la confluence de plusieurs pentes de toit et les évacuations d'eaux pluviales.

L'entretien et l'inspection des toits, des gouttières, des solins et des velux doivent être effectués au moins deux fois par an. Les drains doivent être inspectés régulièrement, car le dérèglement climatique a introduit le phénomène des fortes pluies concentrées en quelques minutes. Par conséquent, de nombreux systèmes d'évacuation des eaux de pluie sont aujourd'hui inadaptés et sous-dimensionnés.

 

COMMENT SE PRÉPARER

Une fois les risques identifiés et les scénarios possibles répertoriés (inondations dues à de fortes pluies, inondations dues au débordement de cours d'eau, inondations dues à des fuites ou à des brèches dans les toits), il sera nécessaire de mettre en œuvre des mesures préventives afin d'atténuer les risques et de protéger les œuvres d'art.

Les actions de protection extérieure doivent être réalisées en fonction des caractéristiques structurelles du bâtiment abritant les biens à protéger, ainsi qu'en fonction de leur dispersion. Si les œuvres sont situées au rez-de-chaussée, il sera nécessaire de les protéger en les surélevant, afin d'éviter tout contact avec l'eau en cas d'inondation. Mais dans le cas de situations d'inondation plus graves, il serait bon de les déplacer aux étages supérieurs du bâtiment, dans des zones identifiées comme sûres. Pour ce faire, il convient de placer au rez-de-chaussée des œuvres qui peuvent être facilement et rapidement déplacées ou des objets d'art fabriqués avec des matériaux résistants à l'eau et à l'humidité.

Une liste des œuvres à évacuer, appelée Liste des priorités, doit être établie pour pouvoir utiliser un plan de sauvetage (la liste jointe à la police d'assurance peut également être utilisée).

Les objets impossibles à enlever, soit en raison de leur poids/taille, soit en raison de leur grand nombre (par exemple, les livres qui composent une bibliothèque), doivent être installés dès le départ en tenant compte du concept de « pièce sécurisée ». En revanche, pour les objets faciles à déplacer, il faut préparer bien à l'avance le matériel nécessaire à leur emballage : boîtes en plastique, tyvek, sacs en plastique, etc.

N'oubliez jamais qu'en cas d'inondation, les biens seront endommagés non seulement par l'eau, mais aussi par la boue, les débris et les matières pétrolières en suspension.

Il est déconseillé de placer des collections, quelles qu'elles soient, dans des sous-sols ou dans des demi-sous-sols, en particulier des documents papier tels que des collections d'archives ou de bibliothèques, ou d'autres biens constitués de matières organiques.

En cas d'infiltration par le toit, il faut prévoir du matériel plastique pour couvrir les biens et installer tous les tableaux avec de petites cales par rapport au mur qui permettent à l'eau de s'infiltrer le long du mur sans entrer en contact avec l'œuvre.

 

TRAITEMENT DES SITUATIONS D'URGENCE

En cas d'urgence, les instructions de gestion des urgences ou les ordres d'évacuation émis par les organes compétents doivent toujours être suivis.  Il est essentiel d'établir un ordre de priorité clair des mesures à prendre en cas d'urgence afin de ne pas mettre en danger la sécurité des personnes.

  • La préparation d'une liste de numéros de téléphone utiles à appeler en cas d'urgence est l'une des démarches les plus importantes, mais souvent sous-estimée.
  • Le kit d'urgence doit comprendre : des piles, des gants, des bottes en caoutchouc, un masque, des torches, des ciseaux, du ruban adhésif et du matériel d'emballage en plastique. Au moment de la catastrophe, si l'événement a touché de nombreuses infrastructures (par exemple, une crue ou une inondation), il sera difficile de trouver du matériel de quelque nature que ce soit. Les matériaux en plastique sont également utiles en cas de fuite du toit, pour couvrir les objets qui ne peuvent pas être déplacés (protection in situ).
  • Adressez-vous à une société de recouvrement spécialisée dans la gestion des désastres, qui pourra vous aider en cas de déplacement de l'œuvre d'art vers un autre site. Veillez à ce que la personne chargée de retirer les biens suive l'ordre de sauvetage prioritaire, en évacuant les objets les plus importants de la pièce ou de l'étage touché par le sinistre, en tenant compte de la facilité de retrait, de la rapidité et de la sécurité des personnes. La Liste des priorités sera utilisée à cet effet.

Voici quelques gestes utiles à effectuer avec précaution et en fonction des possibilités de repérage des objets et de leur maniabilité :

  • Privilégier les biens constitués des matériaux les plus susceptibles d'être endommagés en cas d'inondation, tels que : le bois, le papier, les photographies, les peintures sur toile et sur bois, ainsi que les objets en matériaux organiques.
  • Placez les peintures sur toile ou sur carton à l'horizontale et débarrassez-les de leur cadre et de leur verre.
  • Laissez les biens sécher, si possible, en abaissant l'humidité relative à moins de 40 % grâce à des systèmes de déshumidification, assurez une bonne circulation de l'air dans les pièces à l'aide de ventilateurs et maintenez la température de la pièce à moins de 19 degrés pour éviter/réduire la formation de moisissures.
  • Pour les matériaux constitués de papier, tels que les livres (s'ils sont mouillés, mais non imbibés d'eau), il est possible d'insérer des feuilles de papier buvard toutes les 15 à 20 pages et de les remplacer plusieurs fois afin de favoriser l'absorption progressive de l'eau.
  • Pour les papiers complètement mouillés, il faut procéder au séchage ou à la congélation dans les 72 heures suivant le sinistre.
  • Prévenez un restaurateur de confiance et, si vous êtes propriétaire d'un bien culturel, informez immédiatement les organismes compétents de la nécessité de mettre en œuvre des mesures d'urgence impliquant le déplacement et la mise en sécurité du bien répertorié.

 

L’APRÈS-DÉSASTRE

  • Contacter des entreprises spécialisées en nettoyage d'inondations et fournir des déshumidificateurs pour maîtriser les paramètres environnementaux (température et humidité).
  • Mettre en place une procédure de surveillance pour les biens encore sur place.
  • Prendre les mesures de sécurité appropriées pour lutter contre le vol et le vandalisme.

 

Auteure : Cristina Resti, Art Expert et Art Network Manager chez ARTE Generali

 

Découvrez comment ARTE Generali peut vous aider