11.04.2024 Actualités

L’actualité artistique par ARTE Generali, Mai 2023

par ARTE Generali

ARTE Generali oscille entre tradition et modernité, c’est son ADN. Dans ce dessein, nos équipes ont à cœur de vous tenir informé(e) des actualités et révolutions technologiques qui bouleversent le monde de l’art. Bienvenue pour cette nouvelle actualité du mois d’avril 2023.

Les nouvelles technologies se développent à une vitesse défiant toute concurrence, à tel point, qu’en suivre le rythme devient complexe. Nous voici donc progressivement dupé(e)s par la qualité et le réalisme des « photographies » générées par l’intelligence artificielle (IA) ; sans contre information nous pourrions les croire directement issues de notre quotidien.  Les images conçues par l’IA inondent nos réseaux sociaux : tantôt activistes, tantôt humoristiques, l’IA est aussi mise au service de la création artistique. Alors l’IA : inventeur, auteur, artiste ?

En avril 2023, à l’occasion du Sony World Photography Awards, concours prestigieux dans le monde de la photographie, c’est une image générée par l’IA qui a remporté le prix.

Face à plus de 400 000 clichés provenant de 200 pays, le lauréat de 2023 est Boris Eldagsen, un artiste allemand qui a séduit l’assemblée avec sa photo Pseudomnesia : The Electrician. Une photo qui rappelle les clichés d’antan, en noir et blanc, où l'on peut voir deux femmes au-dessous de faisceaux lumineux semblables à des sillons d’étoiles filantes.

Ce cliché a in fine été générée avec DALL-E, une IA qui est capable de produire des images à partir de descriptions textuelles. C'est pourquoi l'artiste a décidé de refuser son prix en déclarant que les images conçues à l'aide d'IA « ne devraient pas concourir ensemble dans une telle compétition ».

Cet exemple devrait-il ouvrir la voie à de nouveaux concours pour des photos générées exclusivement par l’IA ?

Quels sont les limites du recours à ces technologies ? Si Boris Eldagsen a décidé de bonne foi de rendre son prix, d’autres se seraient contentés de l’accepter sans révéler le procédé. Qui aurait été capable de découvrir la supercherie ? Il s’avère qu’avant sa révélation, personne ne s’était rendu compte que ladite photographie « n’en était pas vraiment une. »

Par ailleurs, les règles du concours interdisaient-elles que les photos ne proviennent d’un autre procédé technique/technologique ? Prenons d’abord la définition de la photographie : « Ensemble des techniques permettant d'obtenir des images permanentes grâce à un dispositif optique produisant une image réelle sur une surface photosensible ». Sur la base de ces éléments, la qualification de photographie pour une image générée par l’IA ne pourrait en aucun cas être retenue, en ce sens qu’elle ne produit pas d’image « réelle ». 

L’implication physique de l’artiste dans la prise de la photo est-elle une condition sine qua non de la qualification ? A priori nous pourrions dire que non, car l’implication humaine n’apparait nulle part comme un critère de qualification. Ainsi, l’image extraite d’un instant tangible par la machine serait susceptible d’emporter la qualification, alors que l’image « virtuelle », « irréelle » créée de toute pièce par l’homme via un outil informatique, non.

D’autre part, le fait de soumettre l’idée et une description à la machine peut-il suffire à qualifier son droit d’auteur et sa propriété intellectuelle sur cette création ? L’action créatrice et l’interprétation de la technologie est ici indéniable, c’est une collaboration, une collaboration nouvelle mais qui fait écho à des débats qui perdurent encore entre artistes et artisans, entre celui qui pense et celui qui produit l’œuvre. Qui est l’auteur ?

Pour reprendre les propos de « l’artiste ? » qui tente d’apporter une réponse :

« Pour moi, travailler avec des images créées par IA est de la co-création, dont je reste le réalisateur. Ayant été photographe pendant 30 ans avant de me tourner vers l'IA, je comprends les avantages et les inconvénients dans ce débat et je serais heureux de participer à la conversation. »

Ce concours sera l’occasion de s’interroger sur : l’existence d’un droit de propriété intellectuelle allouable à une technologie « générative », les limites de la création, et de la qualification de la photographie au XXIe siècle.  

ELDAGSEN, B., DALL-E (2023), Pseudomnesia : The Electrician, Image virtuelle/Photographie ? Sources :  BINDE, J., « Un photographe piège un jury avec une image générée par une IA », Beaux-Arts Magazine, 19 avril 2023

ELDAGSEN, B., DALL-E (2023), Pseudomnesia : The Electrician, Image virtuelle/Photographie ?
Sources: BINDE, J., « Un photographe piège un jury avec une image générée par une IA », Beaux-Arts Magazine, 19 avril 2023
Par Océane Charrueau, Junior Underwriter Fine Art

 

🔔 Les expositions à ne pas rater…

  • Germaine Richier au Centre Pompidou (jusqu’au 12 juin) ;
  • Les Néo-romantiques 1926-72 au musée Marmottan Monet (jusqu’au 18 juin) ;
  • Pastels du musée, de Millet à Redon au musée d’Orsay (jusqu’au 2 juillet) ;
  • Chefs-d’œuvre de la chambre du Roi à Versailles (jusqu’au 16 juillet) ;
  • Giovanni Bellini au Musée Jacquemart-André (jusqu’au 17 juillet).